mardi 22 septembre 2009

Le samouraï qui est en vous - La concordance de la rectitude

" Faire sortir le samouraï qui est en nous est une tâche noble et c'est en outre une décision correcte.Quand le petit peut être grand et le grand, petit, l'horizon de liberté se personnalise et dès lors s'élargit. Affronter le quotidien comme quelque chose de spécial, qui pourrait le faire sinon ? Voler au temps des secondes de conscience et donc de vie, n'est-ce pas une manière de vivre plus ? Surmonter la mécanisation des routines et choisir de nouvelles attaches, n'est-ce pas exercer la liberté ?.Dans ce nouveau livre où je réunis les textes et les réflexions qui ouvrent chaque mois le magazine Budo International, vous trouverez de nombreux appels d'attention, des petits coups de fouet mentaux, lancés avec la meilleure des intentions : éveiller les consciences endormies, les esprits commodes, les postures confortables et convenables. Je ne le fais pas pour donner des lignes à suivre, des solutions et encore moins pour créer école.Je le fais parce que sur mon chemin avec du c?ur, il ne me reste pas d'autre remède que de faire sortir le samouraï qui est en moi. Si une personne entre mille ouvre les yeux et choisit le défi de suivre le samouraï qui est en lui, dites-le moi, croyez-moi, vous me feriez un grand plaisir. Alfredo Tucci General Manager de "Budo International"

une derniere bouteille a la mer...

Ce soir j'écris la dernière page de mon voyage vers le pays du soleil levant. Que j'y parviens ou que je renonce au spectacle de ses doux paysages, je n'écrirais plus qu'en prince de Chine ou en rebelle d'ailleurs. Mais jamais plus je ne le ferais en demandeur sourd qui n'entend rien au "non' muet de ceux que j'estimais a tort de proches interlocuteurs.

Il est évident que mes mots ont eu souvent le goût amer de l'encre qui les a fixés sur mes pages sincères. Je le reconnais mais je n'ai obligé personne a lire son reflet dans le miroir brisé de mon monologue, en tout cas pas plus que je n'ai invité a comprendre...S'il ne m'est pas donné un autre partage plus beau et plus sage, je tournerai la page de ma littérature torturée pour me retourner exclusivement vers une autre aventure, plus précieuse et néanmoins plus silencieuse que le récit de la rupture, en laissant au ravage de l'incompréhension, l'espace qui a été pourtant alloué de bon coeur a la communication. Il faudra bien que je fasse mon deuil de ce verbiage inutile qui n'a fait qu'alimenter l'adversité de ceux qui sont aux aguets pour enterrer l'homme, ses rêves et ses espoirs au moindre dérapage. En toute naïveté, je pensais que la liberté de mon discours n'aurait pas besoin de permis d'encrage au port des échanges tant que l'océan de la connaissance était ouvert a tous sur tout l'étendu de ses rivages. Mais j'ai bel et bien commis des erreurs d'appréciation dans la distillation de mes expressions un peu sauvages. Je me suis certainement exposé, telle une marchandise de contrefaçon et a petit prix je vous prie, dans un commerce clandestin a belle ville ou a Barbes, je ne pourrais pas prétendre que j'ai rencontré l'amour des "cousins" qu'ils soient les descendants d'Ismael ou d'Izaak, et de toute façon je suis loin d'être un commerçant. Tout comme disait l'ami philosophe et non moins aristocrate de mes nuits inhabitées, a l'Université de Mont Saint Aignan. J'accepte donc de payer le prix de la différence de mon personnage mais l'on ne peut tout mettre sur le dos de mon décalage. Je reconnais que le véhicule osé de ma liberté sans indépendance financière m'a conduit sur une voie de garage, une prison pour le potentiel mais une plus grande ouverture a l'art et la rage pour un nouveau courage qui m'invite a affronter ma propre dérision. Je ne blâmerai donc personne et je comprends même celle qui a jeté un regard sur moi et un autre sur le diable. Telle est la réalité du discours inachevé, elle est faite d'un dialogue entre un sourd et des muets. On dit que l'eau de mer purifie et débouche les oreilles... On dit que la montagne est un défit aux frontières... Mais on ne dit pas que la véritable liberté a un prix plus exorbitant que celui de la vie. Je ne mettrais pas sur le dos d'un défaut de fabrication la causalité de ma faillite existentielle et j'accepte la raison de mon errance car elle est juste et appropriée comme je semble seul a voir l'arrière plan de cet amplificateur de souffrance, vers lequel je me dirige tout droit comme un kamikaze. Il n'a jamais été dans ma composition de reculer et mon engagement est entier...J'ai bel et bien hérité cette maudite capacité a souffrir au même titre que les critères d'un dernier Samouraï...Je ne saurais éclairer la conscience qui ne perçoit en mes paroles qu'un nuage de poussière...
O cruelle fatalité d'une existence impossible a asseoir, pourtant dépositaire de tant de promesses..verse, verse donc sans clémence sur mon être tout le plein de tes supplices, puisque je ne me suis laisse de choix que dans la douleur de te voir extraire le métal précieux de ma conscience. /
I am walking on the line untill the end. point barre.

Just alone...

Hey boy! nothing to enjoy?
Yesterday has been and gone as you are still alone...
Walk in the dark, is not to play with a toy...
Time has come and there is none...
Did you understand boy?
nobody at the end of the phone...
No money no honey no fun...
Alone, alone, you are just alone.
Tomorrow there is nowhere to run...

...
And today is the day to be or not but no lie no return...
...
They want you be just a brick in the wall, only a slave in the town
Did you been in love or just fall down?

mercredi 16 septembre 2009

Rigolade ou pas?


...ça vaut ce que ça vaut, mais j'ai une théorie a propos de ce qui nous concerne tous. A savoir la crise et toute l'agitation autour. Elle est une machine qui sert la continuité d'une guerre clandestine qui est livrée au genre humain depuis la nuit des temps, sans que la plus part ne le conçoive, Ce n'est pas un pure hasard qu'elle arrive toujours avant ou après une terrible violence sanguine, exercées par des "plus forts" contre des "plus faibles". La crise tend a réduire le potentiel humain, elle dévore l'espoir de ceux qui en ont le plus besoin comme elle vise a détourner la probable révolte des consciences bien repues des spectacles de tant d'outrages commis...On y procède en occupant l'esprit humain par la crainte de l'avenir et par de nouvelles peurs qu'on verse dans le coeur, face a l'inconnu de lendemains incertains. Ce n'est pas un remake de la théorie du complot et combien même ce serait un, il faudra d'abord voir ce qu'est le réel de notre monde, qui n'est rien de plus qu'une colonie dans laquelle se tassent les naufragés de l'existence. Savoir qu'il y a vraiment des gens au dessus de la loi qui ont fait de notre réalité une prison pour l'esprit c'est une base de connaissance honorable...C'est bien plus simple que cela, c'est l'observation de ce qui est systématique dont l'appréhension voisine une haute science. Il y a réellement des hommes aux redoutables pouvoirs a qui cela profite de jongler avec des états de crises, qu'elles soient économiques ou morales...Un nombre insignifiant qui au travers la foule immense jouent de nous, comme avec des enfants bien credules , et qui excellent dans la pratique de la magie noir sur le plan macro, pour répondre la peur et soustraire la substance de notre humanité. C'est comme le mensonge, plus il est gros, plus on a tendance a y adhérer sans resistance, sans véritable mise en examen devant la raison...
On casse les prix de ce qui n'est pas accessible a tous, lorsque les produits de consommations courantes vont a l'escalade. Je n'invente rien, interrogez vos poches en vous demandant aussi du coup pourquoi les salaires ne bougent pas en conséquence...
Le pire, c'est qu'il n'y a pas d'avocats qui défendent les peuples d'ici et d'ailleurs, contre ce qui commande avec abus aux instincts des hommes, contre la mise en esclavage silencieuse de l'âme commune...
Comme nous sommes presque tous sous l'influence de ce qui a été décidé pour nous par un cercle très restreint, nous avons un intérêt commun a souscrire au prélude de la liberté qui s'annonce en maîtrisant les incontrolables pulsions de la chose cachée, en maîtrisant la peur qui grandit en elle, a nous soustraire de nous meme sous son joue, en apprenant a analyser ses symptômes, jusqu'à en comprendre les causes et contrôler les effets...On dira qu'une révolution culturelle, plus blanche que blanc ne sera pas un luxe mais une nécessite vitale pour le bien être de tous, puisque nous sommes sur le même bateau ou l'on lit les chroniques d'autres tempêtes annoncées...
Encore faudra t il que nos intellectuels se saisissent du courage de leurs idées innovatrices pour dire ce qu'il faut...Encore faudra t il que nous autres nous acceptions de renoncer a quelques inutiles consommations. Je citerai bien les propos de mr Guignant Daniel lorsqu'il nous reproche a tous de prendre la voiture pour aller acheter du pain alors que l'essence flambe bien qu'on ait assiste a une guerre de religion "petrolique"... Pendant que certains, toujours les mêmes prennent des hommes pour des chiens qu'on abat aux yeux du monde et en toute impunité, et il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne le sait pas...On nous a bien dupe avec des soirées pizza entre "nana" qui se sont converties en ferventes spectatrices du foot pendant que les hommes sifflent les bières et crie a la joie.


La folle course "zo" millions c'est comme les crimes aux dollars, ça ne servira pas notre santé mentale et psychologique. Ce qui arrive a nos corps c'est d'abord ce qui saccage nos nerfs en tant que réseau de transmission, de ce qui est bien comme de ce qui ne va pas. Bien sur il y a le rempart de la foi, mais ceux qui en ont fait un commerce lucratif ont suffisamment répandu de bien piètres fausses croyances que l'on ne sait plus a quel saint se vouer, et de saints il n'y a plus vraiment, ce que je comprends mieux maintenant, meme Jesus la paix soit sur lui, s'il etait par mis nous, il serait ptetre a guantanamo pour terrorisme divin...mais cela n'excusera personne a l'heure d'internet et de la communication a haut debit. C'est bien plus facile de plonger dans les ténèbres que de voir la lumière de l'au dela. En revanche, ce qui est accessible, c'est la pratique de la bonne humanité, c'est l'exercice au quotidien de la bienveillance a l'égard de son prochain, sa mère, son père, sa femme, son mari ou copain, son chien, son chat, ses voisins ou le respectable clochard du quartier, la plante dans le salon, le livre sur l'étagère, l'enfant qui se contente de simples chaussures, la non moins respectable petite caissiere assise en comptant tout l'argent qu'elle ne gagnera pas, les interrogations métaphysiques qui attendent que l'on daigne s'y pencher, Dieu et l'univers...
Un homme rentrant de son travail ne devrait pas s'asseoir sans embrasser son hôte, il ne devrait pas non plus transporter la misère collective jusqu'au baiser qu'il posera sur les lèvres de celle qui attend de lui un réel sentiment, presque contraint par devoir conjugal ou ce qui est similaire. Il y est de même pour la femme, l'égalité c'est aussi ça...Qu'est ce que ça coûte de lui offrir une rose ou une simple fleur quitte a ce quelle soit arrachée de nul part ou simplement empruntée au jardin du voisin qui ne la regarde plus.


Qu'est ce que cela coûte de reposer sa tete entre ses seins en ouvrant un charmant dialogue au coeur? Est on vraiment oblige de gober les anneries de la tele et je n'evoquerai pas certains bouricot qui y habitent pour bien nous souler plus qu'on est deja bourres, en se prenant pour des etoiles plus impressionnantes que la lune ou le soleil...Pourquoi ne pas sortir ensemble en promenade a pieds, quelque part ou la nature n'est pas encore corrompue, pour ne plus etre seul, car seul on est souvent meme si l'on est a deux ou a trois voir a plusieurs. Oui, cultiver le sens de la famille n'est pas retrograde c'est un sommet de la civilisation si seulement cette derniere se souviendrait de sa propre definition. Pourquoi acheter et achter encore ce qui encombre?... "Acheter! Acheter! ta que ce mot a la bouche"... me disait celle qui etait une rene dans mon coeur... Je la salue au passage pour tant de lecons qu'il m'a fallu experimenter a mes depends. Pourquoi ne pas voyager pour etre au loin de l'ordinaire et se decouvrir dans d'autres environnements. On serait surpris de toute la bonte qui baille en nous...Mais en attendant que ca change, si cela changerait un jour au rythme ou s'engagent les choses. C'est la banque qui se rejouis de vos economies pendant que de plus riches banquiers font la guerre avec votre argent qui s'endort...La responsabilite dans ce cas comme lors des scrutins pour elire une presidence avec son gouvernement, elle est aussi engagee qu'elle n'est contractuelle, elle est comme le fleau qu'on invente s'il n'existe pas, pire que le H1 N1, nul ne lui echappe s'il le croise au carrefour, comme Nul n'est eternel ici bas. Ce qui compte c'est de se souvenir de soi et de son devoir a l'egard de son prochain pendant qu'il est temps car le temps decouvre qu'il a perdu le sien, lui aussi, le pauvre. Lui, il est le plus grand des menteurs. Il nous fait croire alors qu'il n'existe pas, a vous de
réfléchir a qui appartient ce comédien...
Ce qui compte c'est de glorifier l'héritage du bien qui sommeille en nous. Comment faire?...Vla une intéressante question, puis-je vous préconiser des mesures anti-crise, sociologiquement superieure a la raison d'etat et avec une garantie de titane suggérée par La théorie monétaire de Keynes et inspiree par les gurus aux pattes blanches reignant en maitres bienfaiteurs et dictateur a vie sur les pays en voie de développement. Faites moi tous un virement d'un million de dollars, hahaha ak 'j' rigole, non, non, j'rigoooooooole pas... bien sur que j'en rigole, ça n'a pas besoin de moyens ça autre que mes levres closes, devant une rose qui me sourit ...
Mais il a bien raison celui qui a dit, ce que nous faisons dans cette vie, raisonne déjà dans l'éternité. C'est aussi ma vision des choses et croyez moi, je vois de mieux en mieux a commencer par mes défauts...

Autre chose dans le même élan, l'interprétation de ce qui est, est un instrument qui extrait les éléments que nous observons dans notre médiocre réalité, pour nous élever, nous mêmes, en tant d'auteurs frigides de nos plats quotidiens, a la hauteur de l'art d'être humain. Et d'être je ne suis plus en deçà d'être Human-Brother...
A bon entendeur, salut.
H.B


les petites vidéo prises au dessus des nuages ont été prises lors d'une précédente escale, ce n'est pas encore le Japon. Je l'envisage pour la fin du ramadan et c'est dans quelque jours. Actuellement je m'informe sur ce que je dois savoir a propos de cette étape. Eh oui, il faut se renseigner, ça fait partie du voyage. En plus il faut réunir la somme nécessaire pour payer un billet d'avion entree-sortie du Japon, de quoi payer le sur poids du vélo, de la remorque et des sacs, ça coûte cher le sur poids sachant que le poids autorise gratuitement est de 20 ou 30 kg tout au plus et mon vélo est lourd, il faut aussi réunir une petite somme pour justifier de ressources a la douane, si l'on venait a le demander comme j'ai lu ça sur internet, c'est parfois comme ça dans les pays riches particulièrement lorsqu'on présente des critères d'itinérant. L'immigration est un problème partout. J'ai vu des gens transformes en esclaves ou leurs employeurs leur ont confisque les passeports et ou le salaire n'est pas un salaire mais une marche de croix ou presque. leurs histoires soulèvent et déchire...

mardi 15 septembre 2009

atterir dans une relation stable serait une belle reponse mais avec qui?...

ou atterir de cette interminable errance?...


j'ai campe a son chevet...








visite guidee

regardez le coup de coude a la tete c mortel

ca c la boxe pour touriste dans les bars

dimanche 13 septembre 2009

Comme je vous l’avais promis. Voici quelques petites vidéos du championnat national de Malaisie garçon et filles. J’ai réussi a les convertir en taille transférable sur le blog. Regardez bien cette belle démonstration de notre art, c’est ce genre de spectacle magnifique que je souhaite voir aux jeux olympiques. Nous en priver c’est passer outre la satisfaction de plusieurs de millions. Celui ou celle qui aime l’art comprendra le pourquoi de ma démarche. J’espère que ces petites démo. vous inciteront a vous initier au karaté ou tout simplement a vous motiver un peu plus pour perfectionner votre art…

vendredi 11 septembre 2009

Un renouveau d'espoir...

Mon si Cher Michel,
Il y a des actes qui scellent le sacrement d'une puissante amitié et qui ouvre la voie d'une fraternité naissante avec les anges, a l'heure des turpitudes et de l'avarice des âmes. Lorsqu'on se montre bienfaiteur a l'égard de son prochain et du pauvre en tout genre, particulièrement lorsque le mot pauvre fait fuir même l'être aimé, on fait un investissement dont on ignore l'étendu prospère des conséquences. Je me disais que s'il me restait une parole a écrire a l'encre d'or, sur le registre de la reconnaissance et de l'éternité, elle serait destinée avec la bénédiction de l'omniprésent, au pourvoyeur qui viendrait poser un sourire béat sur mes lèvres closes. Je prierai qu'il soit déversé dans sa vie les ressources de l'abondance. Me voila prier pour toi en ces jours sacrés et Tu jugeras avec ta pleine satisfaction des effets de la sainte prière de l'orphelin de l'existence. Je m'estimais sûrement a tort, légitimement en droit de m'attendre a la solidarité fraternelle de quelque confrères et peut être aussi de l'être que je chérissais plus que tout au monde, mais il n'en est rien qu'un autre décalage a moins que ces jours a venir prouveront le contraire ce qui est de l'odre du possible. le destin lui dans sa grandeur, n'admet dans sa grâce qu'une âme sensible a l'appel de la bienveillance. Je m'appuierais bien volontiers sur les faits observés dans mon expérience pour disserter sur les divines promesses a propos des récompenses qui succèdent automatiquement a la générosité, mais on n'y croirait pas, car la foi n'est pas coté en bourse ces temps ci. L'avarice quant a elle, elle est a son plus haut. Aussi, elle n'est pas due a la crise contrairement a la surface qui la réfléchit, elle en est la cause la plus profonde. Et si l'on a pas compris ceci, on fera bien de réviser ses capacités de calcul, d'analyse et de discernement. Si je semble dépourvu du sens des réalités pour certains, ce que je sais, cela ne met pas a l'abri ceux qui en sont accablés, au point d'adhérer corps et âmes a la crise sans le reconnaître. Ce n'est pas en terrant ses économies que cela préserve de la pauvreté fondamentale, celle qui met a nue la laideur au jour ou nul bien n'est au dessus de celui du partage avec celui qui est dans le besoin. Inutile de chercher d'échappatoire au devoir de la bonne humanité, c'est irrecevable. Non par ma petite personne dans cet univers si grand, mais par l'univers lui même et son tout puissant créateur...
Mon cher correspondant aux heures ou il est difficile d'adhérer a ma cause, j'ai qu'une mesure a prendre et tout rentrera dans l'ordre. Cela viendra aussi sur que le soleil se levera sur d'autres aubes...Mais avant cette échéance prescrite, je dois aller au terme de ces études que je poursuis depuix x, en autodidacte déterminé, pour extraire l'essence de mes souffrances avant d'en exposer le diamant... Le retour a la raison d'une réalité volée en éclat est cher payé, je le constate, mais il offre quelques certitudes la ou le doute règne en roi quant a l'avenir. De mémoire d'homme, il n'a jamais été sage de punir l'enfant qui cherche sans savoir comment rentrer dans le devoir. Comme Il n'a jamais été grand de se soustraire a l'appel du demandeur lorsqu'on a dans la main l'objet de sa demande. Mais ce n'est pas a moi de changer les autres lorsqu'il incombe de me changer, en eux. Comment parvenir a prouver que j'ai eu raison la ou ils ont crus a mes torts? Difficile d'y répondre sans faits qui parlent d'eux mêmes, ce qui reste a venir et cela viendra aussi sur qu'un jour de l'an...
Le véhicule de l'avenir est passé semble-t-il et il ne reste du convoie du salut que la trace navrée d'un espoir déchu, dit on chez les ascèses. Tout l'édifice de l'être humain aussi difficile a cerner fut il! se maintient uniquement par l'architecture de ses souvenirs. La question est de savoir de quoi est faite sa peinture? Moi, j'ai la chance de garder intacte les vives couleurs de la mémoire, même si je n'ai fais que m'évader des circonstances, en transcendant de drames en drames ce qui est, par la simulation d'un voyage littéraire, en planant au dessus le jardin secret de superbes nuages. L'évidence de la loi universelle a toute fois triomphé de moi et de mon égarement loin des marécages publiques. Je le reconnais sans détour. Mais, je me rends compte tout de même qu'il n'y a pas de maintien les pieds sur terre sans le concours d'une femme aimante qui clôture les limites de notre réalité. Je salue a propos toute son importance et je m'adresse a elle avec courtoisie et douceur pour lui demander pourquoi est elle si difficile a croire?... Elle est pourtant le coeur de l'atome, la frontière de l'homme et la destination qui repose. Ces 4 derniers mois d'une existence chargée, je n'ai fait que courir dans le désert après les fantômes. L'errance m'a toute fois propulsé au delà de la réponse que j'attendais, a savoir au dedans, au tréfonds de moi même et qu'elle ne fut surprenante la découverte de ce que je suis...
Le discours qui a eu lieu entre les polarités de mon âme était un lieu de cohabitation entre des étrangers. C'est a dire, je me suis placé en arbitre au milieu du débat des souvenirs que je transporte. Et qui dit souvenir, évoque fatalement votre héritage a vous tous que j'ai connu a un moment ou a un autre pour quelques affaires. A ce propos, nous sommes tous plus ou moins le produit de nos échanges et nos relations comme nul ne s'est fait lui même. Je suis donc en quelque sorte votre résultat sur un plan transcendantal. Et comme vous n'êtes pas des gens a vous laisser faire du moins ce que j'espère pour la plus part, je ne serais pas en deçà de votre estime lorsque je ferai valoir la puissance de mon destin. A propos de mes relations les plus longues et les plus anciennes, interrogez monsieur Rosa le Directeur technique de ligue, monsieur Alves Pires son président et S.G de la fédé de France, monsieur Dujardin, monsieur Joulin, Pascal Bouffard, Abdou, Monsieur Bape, Maitre Liqin, ou encore ce cher Jean claude, monsieur Hartman et il y a bien d'autres, si dans mon rapport a eux il y avait eu une once de manquement au respect de la hiérarchie ou quelques inconvenances de ma part a leur égard ou a l'égard d'une réelle amitié qu'on m'a manifesté. Je ne le crois pas, non. Dans le quartier de mon ancienne résidence pour presque 20 ans a Maromme, il n'y aurait qu'un menteur qui prétendrait a une agression de ma part. Ah certes dans mon ancien travail j'ai du me salir les mains avec des âmes obscures, mais c'était pour la paix civile et pour l'intéret de mes ex-employeurs. Des erreurs humaines, j'en ai commis comme tout un chacun et je n'excuserai pas mes ignorances. Mais je ne suis pas celui qui mérite d'être désolidarisé car au fond il n'y aurait que les allégations de piètre raisons a déballer. Celui qui me jugerait sur la base de ma littérature, ferait mieux de retourner a l'école...
Mon histoire n'est pas sans méthode ni a plaindre le jour J, et mon déclin, n'est ma foi, qu'un tremplin vers d'autres hauteurs, visibles et inaccessibles sans le coeur. Et de coeur comme de raison, j'en ai a l'ouvrage. Marie-eve s'est étonnée de la durée de mon attachement a l'héroïne cachée de ma littérature. Et oui c'est comme ça que je suis fait. Un pure fidèle de la mémoire et en réponse lui dis-je ! Il n'y a pas véritablement d'amour sans compréhension, ni pardon dans la durée même si elle a été infernale. Comme ce n'est pas amour ce qui commence un jour pour s'éteindre un lendemain, non, ce n'est pas l'amour du tout. Ce n'est pas moi non plus qui extrait de son coeur ce qui y habite de son plein grès. Bien sur je suis sur d'autres pages depuis mon exil d'elle mais je ne garde d'elle que le souvenir ému de sa vérité première. Et qu'elle ne fut fragile et belle! J'avais fondu a sa vue comme beurre au soleil, sans jeux de mot. Nous changeons tous au fur et a mesure des saisons et nous réagissons aux vecteurs de nos destins. Nos routes se croisent parfois et se séparent souvent , telle est la vie, tel est le destin déjà écrit...

Un grand merci ne suffira as du tout pour exprimer ma gratitude a Michel qui cache la grandeur de son âme et qui m'a surpris et remis sur la voie de l'espérance, s'il y avait un autre homme comme lui, je foulerais le sol du Japon demain avec une France qui en moi sourit. un merci pour ceux qui ont fait une promesse d'aide ou qui simplement ont manifesté leur encouragement verbal, sans omettre d'exprimer une volonté d'un pardon sincère a ceux qui se sont effacés de ma
moire.
A titre de rappel, il y a toujours de l'espoir la ou il y a la vie et a la vie je suis de retour...

lundi 7 septembre 2009

j'apprends et je decouvre...

Apprends l'ami qu'il n'est pas permis, a celui qui grandit hors des sentiers battus,en expérimentant la liberté, de faillir a son code de confiance, ni de trahir le message de sa beauté, encore moins d'envisager un retour non glorieux a son ancienne expérience ni a aucune prison tout court...
Apprends a relever tous ses defits en allant au devant de son propre sacrifice s'il le fallait, par amour et compréhension de ce qui définit son excellence. Apprends a fixer l'intensité de sa lumière sur tout l'étendu du réel, sans fermer les yeux en y acceptant un piètre substitut. Agrès que d'autres souffrances qui lui sont dues ne feront que commencer, lorsque tu te trouveras au pied du mur. Acquiesce la sentence de son orgueil absolu et apprêtes toi a mourir s'il ne te reste que cette option pour y aboutir. Meures donc et élèves toi a titre posthume s'il t'en fallait une digne raison pour en finir. Tu n'as plus a plaindre un peuple qui gémit dans un tombeau devant les choix qu'il a fait dans l'exercice de sa démocratie. C'est fou ce qui est, mais ce qui viendra après est une plus grande folie que ton errance, laisse faire, laisse dire,...Dans une autre époque, tu aurais pu être un Samouraï, un Seigneur de la guerre pour la paix de tous. Mais tu n'es que dans cette réalité ou les moutons hurlent avec les loups qui chantent l'office sacre de leur dîner. Mais tu es un homme et celui-ci est d'une race très ancienne, il n'aboie pas avec les chiens ni ne mord son semblable. Il doit seulement s'armer de patience pour accroître l'humilité de sa conscience, ainsi que le champ transcendantal de ses convictions. Toi, tu voulais surtout apprendre a connaître ce qu'est le destin pour te soustraire a ses exigences en temps de grandes injustices, mais ceci est une lâcheté ordinaire l'ami. Prends donc acte des lois de ta survie et laisse d'abord s'asseoir dans l'ignorance cette fière majorité qui a cru le contrôler. Lèves toi et marche comme il a déjà été dit vers l'accomplissement de ce qui doit l'être et ne pleures surtout plus un amour perdu. Parce que toi comme lui vous êtes plus grand que l'indifférence de celle qui oublie. Prie pour son salut si tu penses encore qu'elle ignore ce que tu sais, mais n'attends plus jamais de souffrir ni ses dons ni ses refus. Elle est soumise au même examen de conscience que toute la toile de tes anciennes connaissances. Le bon positionnement est fatal a l'art d'être... un jour viendra et plus vite que tu ne le crois, ou a ton tour, tu tendras la main salutaire a qui te l'a déjà tendue. Ce jour la ce sera un rendu de la grâce , avec un complémentaire d'intérêt sur le principal. Aussi, laisse l'oubli des autres t'emporter loin du déficit fondamental de ceux qui préfère t'ignorer. Les victimes de l'indifférence sont d'abord leurs propres victimes. Ils sont plus a plaindre que celui qui lui trouve une compensation dans une vision plus profonde de l'avenir. C'est une chance immense que ce peu de savoir que tu cultives la, car il suffira au triomphe de ta memoire devant l'avarice des nations accroupies...
Ta douleur fut une puissance d'accouchement et ce voyage t'a enseigne a rester debout sous les intemperies. L'avantage de cette confrontation de tes souffrances donne lieu a un amplificateur de conscience. Tes mots ont la force et le courage de l'engagement, tu les as semes tels que fut le devoir. Maintenant que tu as assez dit, ne rajoute plus rien a qui ne tient pas vraiment a entendre. Ton appel a une raison plus grande qui a ete pris en compte par ceux qui compteront a tes yeux, definitivement present, sur le registre de demain. Pour les autres, il faut juste prier fraternellement pour leur salut si tu as les loisirs du temps pour le faire, en esprerant qu'ils se souviendront d'eux memes au jour de la memoire. Tends maintenant tes mains aux dons de l'univers et vas accomplir ce qui doit l'etre...

Bravo mon grand, tu donnes tant d'exemples a qui peut saisir le sens de ce que nous faisons de si different...


c'est fou n'est ce pas! mais il faut etre au pied de ce monstre pour se rendre compte qu'il n'y a pas de grandeur sans folie...


ah ce pouvoir des machines...


Quel homme...


au sommet des tours les plus hautes du monde, qui est plus grand que quoi? et pourquoi?...


Voici un compatriote qui inspire le respect...


samedi 5 septembre 2009

une lettre du Dimanche

Ce soir, je n'écris que pour toi ma jolie fleur de jadis. Je t'écris au nectar d'aussi jolie abeilles et les mots sont au delà de l'artifice car ils sont les fruits de mon coeur en miel. Souvent je pense, je pense souvent a toi et je soupire et je m'émerveille. Souvent j'écris et a toi, j'écris plus souvent, le long récit de mon être qui s'éveille de sa passion, dans des contrées lointaines...
Et ce soir, je me sens vide mais la lune est pleine. Entre moi et toi, il y a la vie mais entre la vie et moi, il y a une brise d'air qui veille sur ma petite fièvre.
Je suis étendu la ou s'est allongé l'ombre du soleil, en songeant a toi comme a la loi du don et du refus...

Sur cette jolie colline, il y a d'un coté les palmiers qui dansent et chantent un hymne au sommeil. Et de l'autre coté, c'est la rive du pardon, ou les flots de ma nostalgie mélangent leurs secrets avec le mystère des vagues...

Voici l'aube déjà, qui descend du ciel, avec une clarté qui ravit. C'est aussi heureux que le spectacle de ton âme a chaque fois qu'elle fut ravie de me revoir en elle...

Aujourd'hui je ressens une paix universelle, un bien être profond qui fait prendre un bain de lumière et de légèreté a ma solitude. Ce sont presque des sentiments de paradis..

J'aimerais bien prolonger jusqu'à toi le secret de ce ravissement existentiel, pour que tu entendes ce chant exotique des oiseaux, virevoltant a tes pieds. Pour que tu me souris et que tu te réjouisse le temps d'un souvenir de nos baisers en miel...

Je sais que la page des anciens plaisirs est belle et bien tournée, mais c'est ma littérature qui tient a toi plus qu'a ma personne, comme elle te transporte en moi jusqu'au futur. Ne crains pas ton voyage dans l'abondance de cette lecture généreuse et ne sois pas cruelle, pardonnes a ton fervent l'offense de ses sentiments. Toujours plus ardent que le temps de sa détresse, il ne fait que répondre a une promesse en écoutant avec acuité un appel a la grandeur...Et puisque les choses sont par nature changeante, rien ne restera figé... Tiens par exemple, depuis que j'ai commencé a boire l'eau de la mer, il ne reste plus entre moi et le Japon que la caresse de quelques billets qui m'ôteront la triste misère. Lors de ce dernier voyage que je veille a mener a terme, je voudrais bien écrire le synopsis du spectacle de l'excellence,pour que l'on se souvienne de la lumière, que je dépose sur le miroir de ton visage qui émerveille...
Voici tout pour que ton dimanche soit béni ainsi que celui de nos lecteurs, ainsi que celui de Michel, de Mr Rosa et Mr Reusser ou celui de Julien, du grand Maitre LiQin et du brave Kamel; Et celui de tous les autres qui se souviennent de Hamza, car il n'est pas celui qu'on oubli...Et s'il ne m'est pas donné d'aller au Japon a vélo, j'irai beaucoup plus loin a pieds. J'irai la ou l'on ne revient plus...
Bien a toi,
Bien a vous,
Ganbatte kudasai !

comment le dire?...

Lorsque la personne qui t'est la plus chère te demande expressément " j'aimerai que tu reprenne confiance en toi" cela ne te laisse pas indifférent quelque soit l'étroitesse de ta condition sinon, elle serait a tes yeux inferieure a la petitesse du moment. Lorsque dans la foulée, d'autres parfaits inconnus jusqu'à la, te le demande, avec grace, en te souhaitant force et courage, sachant que pour le courage, tu en as pour un régiment et que pour la force, tu as la volonté de ne pas faillir, de ne pas reculer devant la douleur et surtout de ne pas décevoir tous ceux qui te souhaite d'aboutir, car il y a une part d'eux mêmes qui y est du voyage. Cela accroît l'intensité de ton désir d'aller jusqu'au bout. Mais a l'opposé, lorsque tu as une carence en protéines avec une considérable perte de poids et de sels minéraux et qu'en sus tu n'as pas de quoi régler un billet d'avion pour te sortir de la et te mettre sur les routes du sud du Japon, cela a tendance a favoriser ta dépression. Dans de pareilles circonstances, on se trouve naturellement prompt a s'apprêter aux douloureuses manoeuvres, d'une descente aux bas étages de l'enfer, qu'a tout prix tu as tenté de fuir. Mais,mieux vaut ne pas y songer longuement, si l'on ne veut pas sombrer dans l'engrenage de la machine qui n'a qu'un concept: règlements de comptes nécessaires. Surtout que tu te sens aiguisé comme un sabre qui a soif de sang pendant que le lit de la riviere est sec. Que faire lorsqu'on ne peut se mentir ni avertir qui de droit que la bataille sera féroce...

Faire un choix certes mais lequel ?

Imagines toi surpris a l'intérieur de la machine de "Saw" et que tu te dis a toi même a défaut d'autre compagnie: A toi de choisir... vivre ou mourir ...

Non!...Ce ne sera pas l'urgence qui me conduira a entreprendre de tragiques résolutions.

Ce qui le ferait c'est le fait de devenir une gène a votre sommeil. C'est ce qui déclencherait l'irréversible processus, c'est une conscience aiguë de ce qui est assis a l'endroit de la compassion et de la clémence. C'est l'imposture qui désigne, soutien et protège la tyrannie. C'est l'avarice de la pensée et des réponses devant l'humiliation du demandeur. Ce sont les sourdes oreilles devant tant d'échos meurtris. C'est probablement la douloureuse nécessite d'un affrontement tragique de l'absolu... Ce sont les caprices d'un destin qui se veut toujours plus haut que ton "inassouvissement". C'est le devoir de l'éclaireur dans un avant poste de la civilisation qui est installé au pied du nez de la barbarie. C'est l'apogée d'une chose mystérieuse qui se nourrit exclusivement de notre indifférence et c'est l'avènement nécessaire d'un monde nouveau. Un monde débarrassé de la racaille de l'univers et soyez certains que cela est en cours... C'est l'abus de l'ignorance et le triste constat que tes amis sont au moins aussi pauvres que tu n'es au dépourvu universel. C'est la menace du temps sur la noirceur de tes cheveux, puisque souvent ta couleur conditionne déjà ton importance aux yeux de ceux qui ne voient pas outre mesure... C'est l'arrogance de la luxure qui nous nargue tous, ensemble et individuellement et qui plonge le monde dans la merde et dans le sang. C'est parce que le monde n'a pas encore fini une guerre qu'on veuille lui imposer une autre pendant que les peuples dansent et chantent sans voir s'installer l'apocalypse en la demeure. C'est le feu de tous les indiens qui s'apprête a faire fondre le soleil pour en extraire l'or des exclus. C'est le sacrifice des générations avides de lutte finale. C'est la parole donnée qui se trouve orpheline dans une maison close. C'est la mise a terre de la solidarité et de la compassion. C'est le sanglot des corbeaux au tour de ton âme. C'est le débit de tes mots avec l'affolement des vierges. Ce sont les pleurs des cierges de nos églises fermées aux doux visages des pauvres. Ce sont les larmes de la nuit sans amour. C'est l'assassina politique de nos étoiles par la censure... C'est l'infligeant spectacle de ceux qui sont supérieurs aux nations et c'est le fait accomplit de notre petitesse collective. C'est le fait de montrer ses fesses pour faire commerce du diable et depuis longtemps. C'est le frère du recteur qui vomis son alcool sur le ramadan. C'est le manque de courage de ceux qui ont reçu le don de la pensée et de la culture. Sans exclure ceux de l'intelligence et de la raison qui regarde la mise en abîme de la nation. C'est la corruption du drapeau blanc au même temps que le bas prix du sang. C'est la pollution de la conscience que moult de gens prenne pour de la clairvoyance. C'est la masturbation intellectuelle du peuple aux funérailles de la république. C'est le martyre de Jeanne qui réclame la révision de la mémoire, en dépit de l'interdit légal. C'est l'heure de la chasse aux loups par les tigres et les lions, en alliance sacrée avec tout le reste des hommes. Ce sont les prochaines morsures des moutons et des poules lorsque les agneaux et les poussins auraient cessé la cruauté de leur silence. C'est le manifeste de ton coeur comme du mien dans la marche triomphale de la Révolution. Ce sont les cris des pucelles devant le châtiment des porcs. C'est le renoncement total et brutal a tout plaisir parce que c'est le dernier automne... C'est la vengeance de la liberté qui a été mise au cachot pour raison d'ordre public. C'est l'impossibilité de te recueillir sur la tombe des tiens qui sont partie en te disant sans te voir, fils, il n'y a qu'aux frontières que tu n'es pas anonyme. C'est le duel sanglant que tu voudras relever avec force et honneur avec tous les oppresseurs de la nation des hommes... C'est le drame du sourire qui se pose sur tes lèvres comme un triste moineau... C'est le besoin de payer, un billet d'avion, pour transporter le fardeau de tes questions ailleurs avant qu'elles ne rouillent en toi et altère la clarté d'un résidu d'espoir... Alors, sous les projecteurs de tout ceci , tu te remets a peser le pour et le contre pendant que grandit en toi des sentiments d'angoisses métaphysiques. Et c'est difficile de faire la balance dans des conditions de déséquilibre général. Ainsi donc tu te mets a en vouloir a tout ceux que tu connais capable de te tendre la main, d'eux meme, mais qui au simple écho de ton besoin, ils se sont mis sur la liste rouge des abonné absents. Tu te dis que ceux la sont dans l'autre camps qui est voué aux flammes de l'insondable colère comme anti-chambre de l'enfer... Mais pour en rire l'ami de nous même, si j'étais toi, je n'aurais pas honte de le dire a la face du monde, mais j'aurais l'impression d'être un mendiant a la sortie d'une synagogue, aux temps impériaux de Gog et Magog*, en étant un palestinien, par un jour de châtiment et de pluie de phosphore américain sur la bande de Gaza, pendant que certains que je ne nommerais pas, s'adonnent a la danse du ventre en fêtant avec le reste du monde indépendance day sous les yeux des martiens ebahis. Il ne te restait plus que cette humiliation pour élargir le champ de ton expérience vitale...

A propos de Gog et Magog

http://www.rue89.com/2007/09/17/un-petit-scoop-sur-bush-chirac-dieu-gog-et-magog

http://www.in.com/videos/searchvideo-gog-and-magog-in-the-quran-b33c4cc38b487a3b89771d21cddf285fc53fc6f6-true.html

En 2003, le professeur de théologie de l'Université de Lausanne Thomas Römer reçoit un coup de téléphone du palais de l'Elysée. Les conseillers de Jacques Chirac souhaitent en savoir plus sur Gog et Magog… Deux noms mystérieux qui ont été prononcés par George W. Bush alors qu'il tentait de convaincre la France d'entrer en guerre à ses côtés en Irak. Dans sa livraison de septembre, la revue de l'Université de Lausanne (UNIL) » Allez savoir » révèle cette histoire qui pourrait sembler rocambolesque si, comme le souligne le rédacteur en chef d' » Allez savoir » Jocelyn Rochat, elle ne révélait pas les soubassements religieux de la politique de Bush.
Prophétie apocalyptique Bush aurait déclaré à Chirac que Gog et Magog étaient à l'œuvre au Proche-Orient, et que les prophéties bibliques étaient en train de s'accomplir. C'était quelques semaines avant l'intervention en Irak. Stupéfaction du président français, à qui les noms de Gog et Magog ne disent rien.
Dans » Allez savoir » , Thomas Römer précise : Gog et Magog sont deux créatures qui apparaissent dans la Genèse, et surtout dans deux chapitres des plus obscurs du » Livre d'Ezéchiel » de l'Ancien Testament. Prophétie apocalyptique d'une armée mondiale livrant bataille finale à Israël.
» Cette confrontation est voulue par Dieu, qui veut profiter de ce conflit pour faire table rase des ennemis de son peuple, avant que ne débute un âge nouveau » , poursuit Thomas Römer.
Pour lui, George W. Bush n'est pas le premier à chercher une incarnation de Gog et Magog sur terre. Ronald Reagan avait estimé que la guerre froide et l'existence de la bombe atomique rendaient réalisable la prophétie d'Ezéchiel…
Si l'Université de Lausanne révèle aujourd'hui les explications fournies par Thomas Römer à Jacques Chirac, c'est que ce dernier a quitté l'Elysée. Pour Jocelyn Rochat, ce petit secret d'alcôve de la politique internationale soulève une vaste question : notre inculture religieuse, la méconnaissance des Ecritures, à l'heure où les soubassements religieux sont beaucoup plus déterminants que l'on voudrait bien le croire dans les décisions politiques et militaires. Le religieux n'est pas confiné à la sphère privée, conclut Jocelyn Rochat. Un paramètre à prendre en compte, » sous peine de ne plus rien comprendre à la marche actuelle du monde » .





mercredi 2 septembre 2009

la reaction est une valeur du temps

"...Obligé, je suis, de me resoudre dans l'antre de l'urgence, que sans l'agrément d'une réponse imminente, je n'aurais plus a renouveller la question..."

Human-Brother. 02 sept.2009